Moinsquezero

 

Titre original : Less than zero (1985)    249 pages

 

 

 

Pitch :

L'histoire, un puzzle dont on ne cesse de replacer les morceaux, est celle de personnages interchangeables, jeunes gens dorés sur tranche, désœuvrés et la tête enfarinée. L'un s'ennuie à mourir dans son loft de deux cents mètres carrés, l'autre cherche désespérément un endroit ou passer la soirée et tout ce joli monde de dix-huit ans à peine se téléphone et se retrouve dans les lieux les plus chics de Los Angeles. Pour méditer, bien entendu, sur les dernières fringues à la mode ou le meilleur plan dope de la ville. Et les parents dans tout ça ? Ils sont trop occupés et stressés par leurs boulots, leurs maîtresses ou leurs psychiatres pour voir ce que devient leur charmante progéniture. Au bout du compte, on a l'impression d'un immense vide, d'une vie qui n'a plus aucun sens. Et là où l'on était d'abord agacé, on finit par être ému, puis révolté. Car, c'est toute la force d'Ellis de nous faire comprendre que ce monde roule un peu trop souvent sur la jante.

 

 

 

Avis :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ben voilà c'est fait. Depuis le temps que je voulais lire un Ellis. Impossible de passer à côté de cet auteur depuis la sortie d’AMERICAN PSYCHO. N'ayant pas accroché du tout au film, je ne l'avais pas lu. Mais en lisant ce livre-ci, je pense que le film devait être une bonne adaptation de son univers. Un monde froid, des gens anesthésiés et une immoralité dérangeante. Pour sa première œuvre, la démarche de l’auteur est claire en nous dépeignant l’été d’une bande de camés finis : il fait tout pour ne pas nous les rendre attachants. Le titre en dit déjà long…..

 

Tout au long du récit sans le moindre chapitre (il y a tout de même quelques interlignes pour énormément d’ellipses), on suit ces nantis, tous fils ou filles de grands pontes Hollywoodiens, à travers leur vie de tous les jours qui se résume souvent à deux choses : courir après son dealer ou trouver la meilleure fiesta nocturne.

 

Au final, même si la fluidité de l'écriture m’a entraîné jusque la fin du bouquin, je ne suis pas client. J’ai lu cela sans vibrer une seule fois. Pas le moindre élan de colère ou même de dégout. Je suis resté indifférent.

 

 

Note : 08/20

 

 

 

 

Ber