sousles

 

Publié en  2004, 442 pages.

 

Pitch :

La découverte d'une jeune fille assassinée de trois coups de couteau renvoie violemment Adamsberg au souvenir de son jeune frère Raphaël, disparu après avoir soupçonné du meurtre de son amie, il y a trente ans.
Les cadavres présentent les mêmes blessures qui ressemblent aux marques d'un trident.

 

Avis :

 

 

Superbe plongée dans le sillon d'un tueur qui hante le commissaire Adamsberg depuis plusieurs lustres. Surtout que l'affaire resurgit alors que le coupable, plus que désigné dans l'esprit du policier, est décédé depuis quelques années. Cette chasse au fantôme va même accompagner Adamsberg jusqu'à sa retraite formative au Québec. Furtive échappée canadienne qui verra s'enfoncer encore plus un commissaire qui finira même par douter de lui même. 

 

Vargas malmène son enquêteur fétiche, c'est le moins que l'on puisse dire. Elle la fait avec une certaine candeur grâce au riche vocabulaire Québecquois qu'elle utilise à foison. En dehors de cette petite touche amusante, le récit est sombre, très sombre. L'écriture, très serrée, sera au diapason d'une histoire passionnante . Suspicieux au possible, Adamsberg tentera de s’esseuler mais sans l'aide de tierces personnes inattendues (parmi lesquelles une collègue qui ne l'aime pas ou encore une vieille hackeuse en charentaise), il est fort à parier que la noyade était au bout du chemin. 

 

Adamsberg mettra à jour de noirs secrets enfouis avec comme origine cathartique un ancestral jeu traditionnel chinois. Même s'il faut bien admettre une petite faiblesse lorsque l'auteur traite l'amour récemment perdu du héros, l'œuvre est toutefois menée de main de maître. 

 

Vivement conseillé. 

 

 

 

Note : 16/20 

 

 

 

Ber