Né en Arkansas en 1944, Sallis est un touche à tout : chroniqueur dans la presse, traducteur de Raymond Queneau (ce qui le rend immédiatement sympathique à mes yeux), poète, enseignant, musicologue féru de jazz, éditeur.

     Passionné de S-F depuis son enfance, il collabore à la revue New Worlds où paraissent plusieurs de ses nouvelles. Il succède d’ailleurs à Michael Moorcock à la tête de cette revue, publiant également deux anthologies.

     Il s’initie au roman noir par le truchement de l’œuvre de Dashiell Hammett. On a connu pire comme entrée en matière. Le genre lui plaît tellement qu’il écrit plusieurs essais dédiés à quelques unes de ses pointures : Thompson, Goodis, Himes.

     Mais Sallis est aussi un écrivain de roman noir. Parmi les ouvrages dus à sa plume citons la série où apparaît le détective noir Lew Griffin et des one-shots dont La mort aura tes yeux et Drive.

Il vit désormais à Phoenix après être passé par Boston, New York City, Londres, Paris et La Nouvelle-Orléans.