Titre original : The late lamented (1959) 246 pages

 

Avis :

Même si on peut lui reconnaitre un côté un tantinet vieillot dans l'écriture, force est de constater que ce polar se lit tout de même assez agréablement.

 

 

Les deux personnages récurrents de Brown, armés d'une déduction infaillible, illuminent un récit avec peu de protagonistes qui gravitent autour d'une beauté (vénéneuse?). De façon assez originale, les héros vont vite se rapprocher de cette principale suspecte afin d'essayer de blanchir la mémoire de son père disparu.

 

 

Plutôt que de nous servir plusieurs retournements de situation rocambolesques, Brown s'attache à une enquête minutieuse, ultra documentée et ne manquant pas d'un certain génie et ce, dans la plus grande sobriété.

 

 

On pourra quand même reprocher à l'auteur de nous offrir la résolution de l'affaire tel un sprint s'étalant sur les dix dernières pages.

 

 

Un chouette petit polar sans prétention qui se lit sur un coin de chaise entre deux corvées à la maison...

 

 

Note :

 

 

 

14/20

 

 

Ber