Titre original :

 

Pitch :

John Turner est un ancien taulard, ancien flic, un temps thérapeute, au passé fait de meurtres et de violence et qui s'est finalement réfugié près d'un lac où il n'aspire qu'à l'oubli. L'endroit semble idéal. A peine installé pourtant, il devient l'adjoint du shérif local et arrête un chauffard qui traversait la ville ivre mort avec 200000 dollars dans son coffre. Au petit matin, alors que personne n'a été prévenu, le prisonnier est " extrait " de sa cellule par un commando qui blesse grièvement deux policiers. John Turner, bien loin de se douter qu'il va libérer les chiens de son passé, part sur la route à la poursuite de cet inconnu désormais en cavale...

Avis :

Alors là, je suis déception....

 

Tout d'abord, on est totalement floué par le quatrième de couverture qui nous promettait une traque effrénée du héros envers des bandits issus de son passé. Et on se retrouve dans un non-récit, sans véritable fil conducteur. On est catapulté dans une sorte de drame sans âme au travers duquel surgiront des personnages, plus ou moins récurrents, sans qu'on ne s'y attache véritablement. Par exemple, l'arrivée inopinée de la fille héros qui ne nous fait ni chaud, ni froid...

 

Ensuite, même si la lecture est toujours aussi aisée, on se fatigue assez vite des flashbacks sur John Turner  qui ont l'air, assez souvent, de tomber comme un cheveu sur la soupe. Pourtant cela fonctionnait si bien dans « Bois mort »...

 

Non, franchement il n'y a pas grand chose à sauver de ce second tome. Le seul soubresaut que l'on puisse avouer n'arrivera que lors des trois ultimes pages. Un drame incommensurable assommera les desseins du héros, le laissant dans un mutisme inquiétant. Le lecteur se sentait d'ailleurs dans un similaire état de torpeur et ce, depuis l’ouverture du bouquin...

 

Note : 7/20

 

 

Ber