oracle

 

Titre original: Oracle night (2004) 281 pages

Pitch :

Après un long séjour à l'hôpital, l'écrivain Sidney Orr reprend goût à la vie. Mais il est accablé par l'ampleur de ses dettes et par l'angoisse de ne pas retrouver l'inspiration. Un matin, il découvre une nouvelle papeterie au charme irrésistible. Il entre, attiré par un étrange carnet bleu. Le soir même, dans un état second, Sidney commence à écrire dans ce carnet une captivante histoire qui dépasse vite ses espérances. Sans qu'il devine où elle va le conduire, ni que le réel lui réserve les plus dangereuses surprises...

Avis:

Je sors très intrigué de ma première rencontre littéraire avec Auster. Mais intrigué dans le bon sens du terme. Car à première vue, le thème de son livre n'est pas très passionnant. Le quotidien d'un écrivain convalescent en crise de couple n'a pas, au demeurant, les faveurs de mes choix livresques. Pourtant l'écrivain va habiller étonnamment son récit. D'abord par une histoire tout le temps à la lisière du fantastique (sans jamais vraiment d’expertise rationnelle du  propos extraordinaire) et ensuite, par le principe du récit dans le récit. Cette deuxième considération est vraiment ébouriffante lorsqu'on se retrouve transporté dans le roman qu'écrit le héros "en direct". Cela devient encore plus singulier quand le propos de la fiction tourne autour d'un manuscrit, avec encore d'autres personnages et une aventure nouvelle. Faut s'accrocher mais l'ensemble reste franchement lisible.

Un autre point fort demeure dans l'écriture qui vogue vers une certaine sophistication qui force le respect car elle reste en dehors de toute prétention

Voilà mon sentiment au sortir de ce roman qui, même s'il n'est pas un chef d'œuvre incontournable, a assez de qualités pour me donner envie d'aller creuser plus profondément dans la biblio de cet auteur réputé.

Note : 15,5/20

Ber