9782070401741_vierge_de_cuir 

Titre original : Leather maiden (2008) 440 pages

 

Pitch :

 

Ancien nominé pour le Pulitzer mais viré pour avoir couché avec la femme et la belle-fille de son rédacteur en chef, lâché par sa copine Gabby pendant qu'il faisait le soldat en Irak, Cason Stalter se retrouve dans le bled qui l'a vu naître, Camp Rapture, East Texas, picolant beaucoup et réduit à faire des piges pour le torchon local. La disparition mystérieuse de Caroline Allison, six mois avant son arrivée, semble toutefois prometteuse pour une série d'articles qui le remettrait en selle. Et puis, il y a aussi toute cette agitation autour de la construction d'une école pilote pour les Noirs qui oppose deux prédicateurs, sur fond de racisme comme l'aime tant le Sud...

Avis:

Dernière livraison griffée Lansdale, ce livre a la sympathique idée de se servir, comme toile fond, de Camp Rapture, contrée où l’on a déjà croisé une certaine Sunset dans les années 30(cf  ). D’ailleurs Cason, le héros du bouquin, n’est autre qu’un descendant de la jolie rousse.

 

Passé ce petit clin d’œil bien senti, fort est de constater que l’auteur a toujours autant de facilité à nous faire pénétrer dans son univers via une écriture simple et remplie de trait d’humour du cru.

 

 

 

Pourtant la suite sera moins folichonne. Dès que l’intrigue est installée et que quelques révélations sont mises à jour sur la véritable identité de Caroline, la disparue, on nage un peu trop dans le sordide. Surtout que le roman, avec sa victime aux mœurs sombres, renvoie directement au chef d’œuvre qu’est le « Dahlia noir » d’Ellroy.

 

 

 

Ensuite les ficelles sont assez apparentes entre la guerre de clocher qui couve entre le pasteur noir et le blanc. On imagine assez vite que cela aura  à voir avec le dénouement. Sans parler des rapides soupçons que l’on a sur le statut de décédée de Caroline. Il n’y a rien qui étonne véritablement malgré quelques bonnes idées (le groupes des « explorateurs urbains », le poteau vétéran de la guerre en Irak même s’il arrive un peu trop opportunément). L’ultime scène d’action est aussi loupée

 

 

 

Lansdale gratifiera le récit d’une révélation dans les dernières pages qui, même si elle relève de l’inattendu, n’offre que peu d’intérêt car franchement tirée par les cheveux.

 

 

 

 

 

Un roman à oublier pour moi même s’il surnage juste au dessus de la moyenne.

 

Note : 10,5/20

 

Ber