LoidelaCit__

Titre original : City primeval (1980), 326 pages

Pitch:

Parce qu'il se fait une règle de sortir vainqueur de tout défi, Clement tue sauvagement les deux occupants d'une voiture qui a entravé la circulation sur l'une des nombreuses autoroutes de Detroit. Parce qu'il est le défenseur de la justice, le sergent Raymond Cruz, de la police judiciaire, se lance à la poursuite du meurtrier. Dans la chasse à l'homme qui s'engage, le serviteur de la loi se transforme en justicier implacable et le sens du devoir en désir de vengeance. Crime et châtiment à la façon d'Elmore Leonard, qui signe un roman noir magistral récompensé par le grand prix de littérature policière en 1986.

Avis :

 

Roman type dans la veine Leonardienne. Rien qu'à lire le synopsis, on est en terrain connu : un gangster "à la cool" armé d'une malveillance à toute épreuve face à un policier revêche qui s'est juré de le mettre sous les verrous, depuis qu'il lui a échappé voilà quelques années.

Ce qui démarque un peu le bouquin, c'est que le flic ne se la joue pas en solo mais utilise intelligemment l'appareil policier mis à sa disposition. Le judiciaire, quant à lui, sera bel et bien égratigné  par son laxisme et ses incohérentes subtilités.

La partie de chasse ne souffrira d'aucune baisse de régime et sera agrémentée de la participation d'une avocate qui a maille à choisir son camp et d'une mafia albanaise à l'esprit vengeur.

Rien de véritablement étonnant (cela évoque souvent Jackie brown) mais son efficacité est à l'épreuve des lecteurs de genre les plus tatillons!

Note: 16,5/20

Ber