couv_rash_un_pied_au_paradis_185x300

Titre original: On foot in Eden (2002), 320 pages

 

Pitch:

Oconee, comté rural des Appalaches du Sud, début des années 1950. Une ancienne terre cherokee, en passe d'être à jamais enlevée à ses habitants : la compagnie d'électricité Carolina Power rachète peu à peu tous les terrains de la vallée afin de construire une retenue d'eau, immense lac qui va recouvrir fermes et champs. Holland Winchester est mort, sa mère en est sûre, qui ne l'a pas vu revenir à midi, mais a entendu le coup de feu chez le voisin. Ce drame de la jalousie et de la vengeance, noir et intense, prend la forme d'un récit à cinq voix : le shérif Alexander, le voisin, sa femme, leur fils et l'adjoint.

 

Avis:

Dès les premières lignes, on est plongé en plein polar avec le point de vue d'un jeune shérif qui tient en joue le coupable d'un meurtre mais qui n'arrive pas à mettre la main sur la dépouille. Le lecteur est directement transporté sur les terres arides du sud de l'Amérique au lendemain e la guerre de Corée. Le contexte géographique est tout de suite indissociable de l'intrigue : on est sur un ancien territoire indien qui est voué à disparaître sous les eaux d'un barrage érigé par une grosse entreprise d'électricité. Tous les ingrédients sont bel et bien présents pour prendre part à un polar de grande envergure.

Mais en épousant plusieurs points de vue, au fur et à mesure du roman, Rash nous livre en fait un roman noir se nouant autour d'un crime odieux. Un forfait perpétré au nom d'un enfant illégitime qui ne devait jamais voir le jour. Ce drame sera raconté par les divers protagonistes (avec leur propre phrasé) ce qui rend assez singulier chaque pan de l'histoire. En effet le grand écart est assez énorme entre les pensées du lettré shérif et les états d'âme de la jeune paysanne voulant un bébé à tout prix. L'intrigue s'éclairera donc  au fil des récits (cela va du mobile aux moindres détails du modus operandi) et se perpétuera au delà de la majorité du garçon nait de cette tragédie. Pour se clôturer dans une sorte de châtiment divin comme si on pouvait échapper à la loi mais pas à un retour de manivelle du destin. Un peu réchauffé, non ?

La technique narrative n'est pas neuve et l'histoire loin d'être originale mais il est indéniable de constater que tout cela est bien agencé par l'auteur. Un bon récit sombre qui, sans jamais sortir des sentiers battus, nous invite à partager une tragédie de voisinage au plus près des personnages. Classique mais bien fichu !

Note : 14,5/20

Ber