duane

Titre original: The wheel man (2005) 274 pages

Pitch:

Comme l’a dit Murphy, un Irlandais : « Tout ce qui a une chance de foirer va forcément foirer ». Un autre Irlandais, O’Toole, lui a alors répondu : « Et encore, tu es optimiste ». Lennon, troisième Irlandais, allait en faire la démonstration. Il n’est pas à proprement parler un braqueur de banques, il est celui qui conduit la voiture avec laquelle des braqueurs s’échappent. Pas forcément un bon plan : le boulot est par nature imprévisible, on se retrouve complice et il y a toujours un risque d’accident. Lennon est tombé justement sur la mauvaise équipe au mauvais moment, qui braque la mauvaise banque. Après avoir écrasé une jeune mère de famille, les fuyards sont percutés par une camionnette, se font tabasser et dépouiller de leur magot. A l’évidence, ils ont été trahis et une autre équipe leur a tendu une embuscade pour leur ravir le butin. Les deux complices de Lennon sont morts ; lui parvient à s’en tirer, non sans s’être fait sérieusement amocher. Dans de telles conditions, il ne peut que se lancer corps et âme dans une quête éperdue de vengeance. Une aventure où il se frottera à des mafieux de diverses origines, à un ex-policier ivrogne, à des flics pourris et à plusieurs femmes encombrantes.

Avis: 

On n’est pas du tout floué sur la marchandise. Le roman avance à du 100 à l'heure, sans jamais appuyer aucunement sur la pédale de frein. On est ainsi transbahuté dans l'épopée du mutique Lennon qui donnera de sa personne afin de retrouver les 650000 dollars qu'il a dérobés avec ses acolytes. Entre suspicion de trahison, flirt avec les mafias de Philadelphie et coltinage avec un ex flic devenu mercenaire, Lennon dépatouillera difficilement l'affaire. Et nous de parfois nous perdre dans l'enfilade des personnages participant à l'action. Mais c'est le côté jubilatoire qui l'emporte au final, pour un plaisir de lecture jamais feint. On excuserait même presque les entourloupes de l'auteur qui, quand il se retrouve face à des situations inextricables, se la joue à l'ellipse salutaire afin de retomber sur ses pattes.

Un roman sympa et fun mais qui ne laissera pas une empreinte impérissable dans les mémoires.

Note : 14,5/20

Ber