soul

Publié en 2003, 324 pages

Pitch:

En ville, on parle beaucoup du procès de Granville Oliver, grand ponte de la drogue. Les accusations qui pèsent sur lui – et c’est Philip Wood, celui qui fut son bras droit, qui l’accuse – sont si lourdes que la sentence est évidente : condamnation à mort. En désespoir de cause, ses avocats font appel à Strange : s’il parvient à retrouver Devra Stokes, l’ex-petite amie de Wood, et à la convaincre de témoigner des violences qu’elle a subies lorsqu’elle vivait avec Wood, tout peut basculer. Strange n’est pas dupe des méfaits d’Oliver, mais pour lui, la peine de mort est intolérable. Il part donc à la recherche de Devra Stokes.
De son côte, Terry Quinn enquête sur la disparition d’une jeune adolescente. Investigation qui l’entraîne bien trop loin dans le sordide univers des dealers de Washington Highlands, jusque la trop fameuse clique des Six-Hundred...

Avis:

 

Oui, Pelecanos arrive toujours à nous captiver avec ses récits urbains où les voyous règnent véritablement sur Washington. Pourtant, ce dernier volet des pérégrinations de Derek Strange n'a pas vraiment le souffle de ses prédécesseurs. On aurait pu croire à un moratoire sur la peine de mort mais il n'en est rien. On espérait p.e. aussi vibrer face à l'aura charismatique de Granville Oliver mais là aussi, l'auteur botte en touche pour concentrer son récit sur la rue. La rue et ses sempiternelles combines ou ses innombrables règlements de compte réglés par le sang. Dans ces perspectives, le duo de choc, Strange et son acolyte Quinn, n'auront de cesse d'essayer de faire pencher la balance du côté des gentils.

C'est toujours si bien narré, pour un plaisir de lecture jamais entamé malgré le manque de surprise du synopsis. Pelecanos se fait même plaisir en nous offrant une conclusion ultra fataliste qui réunira, pour la postérité, Strange et Nick Stefanos, l'autre héros détective de l'auteur.

Même s'il n'y a rien de neuf sous le soleil, faut bien avouer que Pelecanos, ce stakhanoviste washingtonien, n'a point de rival quand il joue sur son terrain!

Note : 16,5/20

Ber