Tsunami_mexicain_5795

Titre original: Captains Outrageous (2001) 416 pages

Pitch:

Que faire quand on vous donne 100 000 dollars ? Pour Hap Collins et Leonard
Pine, la réponse est évidente : une croisière entre potes au Mexique. Très vite
leur voyage prend une tournure inattendue lorsque le Sea Pleasure lève l’ancre
en les oubliant à Playa del Carmen... Est-il utile de préciser que les ennuis
n’ont que faire des frontières ? Dans le golfe du Mexique comme au Texas, les
méchants, les mafieux, les flics véreux et les bagarres sont au rendez-vous.

Avis:

On est bien en droit de râler à l’évocation de cette nouvelle tranche de vie des deux héros de Lansdale. A commencer par ce gros coup de canif dans la chronologie des aventures de nos deux zigotos dans l'édition poche. En effet cet épisode mexicain se situe en fait AVANT le précédent ouvrage paru, à savoir "Vanilla ride".

Secundo, la qualité n'est pas vraiment au rendez-vous. Après un début prometteur (une baston brutale entre Hap et un larron sous amphét), le récit va voguer vers les frontières de l'ennui. Toute la partie mexicaine semble peu inspirée avec cette histoire de pécheur endetté jusqu'au cou et de sa fille qui s'humilie au plus offrant afin d'essayer d'éponger la somme dûe. On se demande ce que font nos deux briscards dans cette croquignolesque épopée. Et lorsque l'intrigue essaie de rebondir sur un trafic de vestiges architecturaux, on est proche de l’inepte. Même si l’on retrouve sporadiquement la verve de Lansdale (Hap en retrouvant sa piaule :« Ma baraque est aussi sombre que les projets d’un malfrat »), on ne peut que constater le côté caricatural des personnages secondaires (la girlfriend infirmière de Hap qui n’est là que pour lâcher des Scuds d’une vulgarité rare).

Heureusement Lansdale sauve ce qui peut encore l'être avec son final. Cela coïncide avec la chasse à l'homme d'un ponte de la pègre mexicaine qui a une forte tendance au naturisme. Là, enfin, Jim Bob, le détective privé peu banal et personnage récurrent de la série, sort enfin de son rôle de faire-valoir qu'il occupait jusque là. Le feu d'artifice promis a enfin lieu. La consolation est quand même maigre mais on aura finalement eu une toute petite ration de qualité de la part de cet auteur qui sait si bien manier humour et roman noir!

Note: 9,5/20

Ber