monde

 

Titre original: The World Made Straight (2006), 361 pages

 

Pitch:

Travis Shelton est un jeune gars de dix-sept ans, en perpétuel conflit avec son
père, un peu bravache,un peu paumé. L’été où débute ce roman, un jour de pêche à la truite, le hasard lui offre l’occasion de commettre la bêtise qui va sans doute changer le cours de sa vie : il tombe sur une plantation clandestine de chanvre indien. C’est un jeu d’enfant de couper quelques pieds et de charger le plateau de son pick-up. Pour écouler la moisson miraculeuse, il s’adresse à un ancien prof devenu dealer,Leonard Shuler. Trois récoltes scélérates plus tard, Travis est surpris par le propriétaire du champ,l’intraitable Carlton Toomey, qui lui sectionne au couteau le tendon d’Achille, histoire de lui apprendre qu’on ne vole pas le bien d’autrui.
Mais ce ne sera pas la seule leçon de cet été-là : Travis quitte ensuite la maison paternelle et trouve refuge dans le mobile home de Leonard, qui va devenir son mentor. À cette occasion, Travis découvrira les lourds secrets qui pèsent sur la communauté de Shelton Laurel depuis un massacre perpétré pendant la Guerre de Sécession, et se trouvera confronté aux doutes engendrés par le passé.

Avis:

Soit c'est moi, qui, à trop me gaver de livre de genre, ai un problème avec la littérature blanche ou bien c'est ce bouquin-ci qui n'arrive pas à maintenir l'intérêt , dans sa seconde partie.

Car oui, on est assez vite happé par cette chronique du Sud profond où un jeune garçon décide de s'opposer à un père tyranique à souhait. Le ton est bucolique et on se croitait même, par moment, plongé au beau milieu des champs de tabac qui peuplent l'horizon des personnages. Cela commence pourtant à se corser lorsque la nostalgie de la guerre de Sécession (via un non dit entre deux protagonistes principaux) commence à phagocyter le récit. Disons que ce pan de l'histoire américaine n'a que peu ou prou d'interêt à mes yeux de belge lambda. Voilà pourquoi, au final, je me suis senti très éloigné des aboutissants de cete histoire que je qualifierai, pour le coup, de lymphatique. Au bucolique de la première heure, est venu se greffer un authentique ennui poli...

Note: 10/20

Ber