un jour

Titre original:

Pitch:

Ça se passe un jour en mai. En 1972. Alex Pappas, 16 ans, décide de suivre ses acolytes pour une virée dans le quartier noir, histoire de semer un peu la pagaille. Forcément, l'affaire tourne mal. Trente-cinq ans plus tard, le souvenir de l'" incident " est toujours vivace. Certains cherchent à se racheter, d'autres veulent à nouveau en découdre. Tous ont encore la rage au ventre.

Avis:

Pelecanos n'a pas son pareil pour évoquer sa Washington chérie. S'articulant autour d'un règlement de compte entre jeunes sur fond racial, le récit suit le destin des six protagonistes à l'instant du crime et puis trente ans plus tard. Après une présentation des personnages sans fautes et une description brutale de l'événement charnière, l'auteur se la joue plus réflexive dans les deux derniers tiers de l'histoire.

Le rythme se veut plus lent et même si ça piétine sporadiquement, Pelecanos a l'art de réussir à ne nous jamais faire stopper la lecture. Grâce à son style sans faille qui allie simplicité, pragmatisme et étude fouillée des caractères. Et la timbale est à l'arrivée. Il clôture sa chronique en deux temps (forts): un ultime mano a mano sanglant à la lame et une note positive avec nouvelles perspectives à la clef pour les survivants de toute cette affaire.

Pas le meilleur Pelecanos mais à bien des égards, ce « un jour en mai" mérite le déplacement!

Note 15/20