jard

 

Titre original : The Night Gardener (2006), 408 pages

Pitch:

1985. Washington DC. Un troisième enfant est retrouvé mort dans un jardin: le " Tueur au palindrome " a encore frappé. Sur la scène de crime: deux jeunes flics, Gus Ramone, blasé mais droit, et Dan Holiday, idéaliste accro aux filles et à l'alcool, et un inspecteur des Homicides, le sergent T.C. Cook, qui malgré sa réputation échouera dans son enquête.
Vingt ans plus tard, Asa, un jeune Noir, est lui aussi retrouvé mort dans un jardin. Ramone, Holiday et Cook unissent leurs efforts. Ramone, devenu inspecteur, craint que son fils soit la prochaine victime, Holiday, qui a démissionné, veut prouver sa valeur à ses anciens collègues, et Cook, retraité, ne supporte toujours pas son échec. Pendant ce temps, un jeune délinquant intervient dans une transaction de drogue et embarque l'argent du trafiquant et sa petite amie.

Avis:

Comme souvent Pelecanos vise, frappe et marque. Grâce à un récit qui trouve ses origines à près de trente ans dans le passé, l'auteur nous livre la vision sur le Washington actuel de 3 personnages liés de près ou de loin au métier de policier. Si Gus Ramone est en pleine force de l'âge pour pratiquer son métier assez convenablement, il a un peu plus de mal avec l'éducation de son ado englué dans une école où le fait d'être noir semble poser problème à la direction. Les deux autres persos ont un passé un peu plus trouble. Le plus jeunot des deux, Holiday, a été mis au rancart par les poulagas. Il traîne depuis lors ses guêtres dans un métier de représentant, écumant les routes étasuniennes dans un trip désenchanté entre coup d'un soir et « guet-à-pinte » avec ses poteaux. Le dernier, Cook, retraité, replonge dans son passé via une affaire qu'il n'a jamais résolue et qui le titille toujours malgré son statut de pensionné…

Un corps retrouvé dans un parc va les faire se rencontrer tandis que le pistage de l’arme du crime va également mettre à jour les agissements de quelques petites frappes locales, sujet ô combien de prédilection de l’écrivain.

Au final, les apparences d’une récidive du tueur en série s’avéreront trompeuses. Ce qui met à jour les réelles intentions de ce polar déguisé : un vrai travail d’étude de personnages formant le squelette et l’âme du livre. Et ce n’est pas pour autant que Pelecanos nous laisse sans eau à notre moulin au sujet de l’identité du véritable serial killer. Il est tout bonnement désigné via un paragraphe qui pourrait paraître anecdotique hors contexte. Mieux encore, l’auteur lui colle au basque un Holiday, de retour en grâce, qui reprendra le travail de sape instigué par le vieux briscard de la bande. Comme quoi, chez Pelecanos, les héros ne son jamais fatigués…

Note : 18,5/20

Ber