Résultat de recherche d'images pour "celui qui n'aimait pas les femmes"

 

Titre original: Män som hatar kvinnor (2005) 574 pages

Pitch:

Après avoir perdu un procès en diffamation, Mikael Blomkvist, brillant journaliste d'investigation, démissionne de la revue Millénium et ressasse son dépit. Il est contacté par un magnat de l'industrie qui lui confie une enquête vieille de quarante ans : sur l'île abritant l'imposante propriété familiale, sa nièce, Harriet Vanger, a naguère disparu, et il reste persuadé qu'elle a été assassinée. Si ce n'est pas exactement le hasard qui réunit Mikael Blomkvist et Lisbeth Salander, réchappée des services sociaux et génie de l'informatique, c'est une vraie chance, car la jeune femme va bien vite s'imposer comme le meilleur atout du journaliste pour élucider l'affaire.

Avis:

Polar phénomène des années 2000, le premier tome de Millenium a fini par arriver entre mes mains. Et alors me direz-vous ? En sachant tout le ramdam fait autour de la trilogie et le fait que j'ai vu au préalable le (très bon) film de Fincher, la lecture intégrale du livre (en un temps très court au vu du pavé) prouve indubitablement la force du livre.

Passionnant de bout en bout même si ses atours n'ont pas de quoi attirer le chaland : une île isolée de Scandinavie et un héros (journaliste) mis au ban de la profession par ses pairs. Il y a bien un secret criminel entourant la tribu des richissimes Vanger et c'est le travail minutieux du journaliste qui va nous happer dans un dédale sans fond mais au bout duquel il trouvera une résolution qui va complètement secouer le clan du richissime industriel qui l’a mandaté.

L'association du journaliste avec l'inénarrable Lisbeth Salander est un des véritables atouts du livre. Et là encore de saluer la force de l’auteur qui ne les font se rencontrer qu'après plus de 100 pages.

Entre un récit captivant, une réflexion sur la transmission du gène criminel et la dure réhabilitation d'un héros attaqué par un puissant nabab, l'on est scotché au livre du début à la fin. Millenium légitime de la sorte le culte qui 'entoure.

Note : 19/20

Ber