ordo

 

Titre original :

 

Pitch :

Ordo, la trentaine, quartier-maître de la marine de guerre américaine, mène une vie sans histoires. Un seul souvenir de jeunesse, à moitié oublié : jadis, amoureux d'une jeune fille de seize ans - lui en avait vingt -, il l'a enlevée, épousée. Quelques semaines plus tard, la mère retrouvait la fille et faisait annuler ce mariage sans autorisation d'une mineure.

 

Avis :

Westlake quitte un temps ses personnages de malfrats pour une courte histoire mélancolique sur la potentielle "revivance" d'un amour de jeunesse.

 

Ordo, un matelot, découvre par le plus grand des hasards que sa première amourette d’enfance n'est autre que Dawn Devayne, l’actrice sex-symbol du moment, adulée par les foules. Soldant son compteur de congé annuel, le gars part à la rencontre de cette femme qui ne ressemble plus en rien à la jeune fille qu'il a connue.

 

Au-delà de la recherche d’un amour avorté dans l’œuf, le personnage principal part plutôt en quête d’une explication sur le changement identitaire profond. Il frayera avec le tout Hollywwood en passant fréquemment par la case « nuit torride avec l’actrice » mais pourtant, ce qui le taraudera jusqu’au bout c’est bien de savoir comment fait-on pour changer si radicalement de vie. Lui se sentant à l’identique par rapport au temps de son mariage avec l’ex- mademoiselle Estelle Anlic.

 

Un chouette exercice de style qui se consomme avec un plaisir non feint. Même s’il n’a pas valeur d’un roman délectable.

 

 

Note : 16/20

 

 

Ber