jojo

Publié en

Pitch:

À New York, au printemps 2008, alors que l Amérique bruisse des prémices de l élection présidentielle, Marcus Goldman, jeune écrivain à succès, est dans la tourmente : il est incapable d écrire le nouveau roman qu il doit remettre à son éditeur d ici quelques mois. Le délai est près d expirer quand soudain tout bascule pour lui : son ami et ancien professeur d université, Harry Quebert, l un des écrivains les plus respectés du pays, est rattrapé par son passé et se retrouve accusé d avoir assassiné, en 1975, Nola Kellergan, une jeune fille de 15 ans, avec qui il aurait eu une liaison. Convaincu de l innocence de Harry, Marcus abandonne tout pour se rendre dans le New Hampshire et mener son enquête. Il est rapidement dépassé par les événements...

Avis:

Salué unanimement par la critique, ce livre est, faut bien l'avouer, d'une richesse incroyable. Même si l'histoire est bien ancrée dans la littérature blanche, le récit vogue assez souvent vers le polar. Car c'est bien d'un meurtre non élucidé qu'il est question. Et même si la résolution de cette enquête est la pierre angulaire du livre, c'est au travers d'un récit polyphonique, s'étalant sur une trentaine d’années, que nous feront la connaissance d’une petite dizaine de personnages liés à ce fait divers scabreux.  

Pourtant le cœur du livre réside au-delà de cette affaire sordide. Il est plutôt à chercher dans la dissection de ce qu'est un écrivain. Au fil des pages, l’on découvre les rouages de la relation « jeune écrivain-mentor » qu’entretenaient les deux héros du livre. Percole entre ces lignes la phobie de la page blanche, l'impossibilité de mettre l'art en cage (via des deadlines) ou encore ce qu’induit la notoriété dans le regard des autres. Thème ô combien rabâché en littérature ! Mais pourtant l’étude trouve ici un écrin parfait grâce à une intrigue qui va évoluer avec un panache certain au gré des révélations cachées dans les manches de l’auteur.

Ce qui est vraiment prodigieux c’est que les retournements de situation sont légions pour ainsi dire ne laisser aucune chance aux lecteurs de trouver le véritable coupable. Et quand le couperet sera proche de tomber, le récit révélera de sombres vérités : des forfaits délictueux commis par une personne assermentée, un plagiat immonde, des crises de dédoublements de la personnalité, des secrets enfouis depuis des années jusqu’à une obscure séance d’exorcisme qui a mal tournée.

Les 600 pages se posent tel un tourbillon dans le quel on est happé. Et on s’y retrouve englué de plus en plus profondément jusqu’ à atteindre son épicentre dans le schuss final.

On peut toujours chipoter sur un final un peu abrupte (qui nous laisse limite un peu hébété d’incompréhension) mais cela est surement dû à l’enrichissant (et long) voyage que nous a offert le livre.

En un seul mot : Wahouw !

Note : 19/20

Ber